Protection du bonobo et de son habitat par la culture des boutures de manioc

Les recherches de l'Institut des ressources mondiales (WRI menées dans 14 pays riches en forêts d'Amérique latine, d'Afrique et d'Asie
concluent que
les communautés « maintiennent ou améliorent le stockage du carbone de leurs forêts »  lorsqu'elles en sont propriétaires.
 

> En conformité avec ces constatations, l'État de RDC a accordé depuis 2018 à la communauté villageoise de Nkala, 4 100 hectares de forêt qu'elle peut gérer de façon autonome en toute légalité. Deux ans plus tard, les résultats encourageants indiquent que la propriété communautaire pourrait devenir puissant levier pour stopper le déclin de la forêt tropicale du bassin du Congo, tout en réduisant la pauvreté.

> Voici un projet dont l'objectif principal est d'augmenter l’implication des populations locales dans la conservation du bonobo et de son habitat par l’installation des parcs à bois des boutures de manioc pour concilier la conservation de cette espèce et le bien-être des communautés. L’installation de ces parcs à bois vise non seulement à réorienter la culture de manioc de la forêt vers la savane, à sécuriser les habitats du bonobo mais aussi à assurer la sécurité alimentaire et à augmenter les revenus à base de manioc.

 
Objectifs spécifiques
  • Renforcer les capacités techniques de la population locale dans la gestion des activités agricoles à savoir : la production, l’évacuation et la commercialisation de manioc
  • Développer les parcs à bois des boutures de manioc améliorées dans les différents villages du projet
  • Accompagner la diffusion de la culture du manioc amélioré au sein des communautés locales riveraines des habitats des bonobos
  • Prévenir les effets négatifs de la pression démographique sur les habitats des bonobos
  • Augmenter la production du manioc

> Accéder à  l'intégralité du projet.