Glossaire

Search for glossary terms (regular expression allowed)

Glossaries

Term Main definition
Abattage groupé d’arbres

♦ Système sylvicole qui consiste à exploiter le bois mature en petits groupes d’arbres à des intervalles relativement rapprochés, sur des zones où la régénération est encouragée.
♦ Équivalent étranger : Group felling.

Abattis

♦ Ensemble d’arbres abattus et laissés sur place après la coupe. L’abattis guyanais est à la fois la parcelle déforestée et dessouchée dans l’objectif de pratiquer une activité agricole ainsi que et surtout la petite clairière avec apport brutal de lumière crée par la chute d’un vieil arbre en forêt primaire. Cette percée de lumière favorise l’arrivée de nouvelles espèces fauniques et floristiques.
♦ Équivalent étranger : Felled trees.

Abioseston

♦ Composante abiotique des matières en suspension dans les eaux marines ou douces des plans d'eau continentaux.
♦ Équivalent étranger : Abioseston.

Abiotique

♦ Processus sans réaction biologique, lieu inerte, facteur non vivant (voir facteur abiotique).
♦ Équivalent étranger : Abiotic.

Abmigration

Mouvement printanier d'un oiseau qui n'a pas fait de déplacement automnal mais a passé l'hiver sur son lieu de naissance.
Équivalent étranger : Abmigration.

Abondance

♦ Nombre d’individus sur une surface ou dans un volume. Il s’agit d’une valeur absolue qui n’est déterminée que dans les groupes animaux et végétaux les plus faciles à dénombrer. On peut ainsi la définir pour les oiseaux sur un plan d’eau ou pour les grands mammifères dans une zone découverte, ou pour des espèces végétales à faibles effectifs sur une parcelle.
En dehors de ces cas, il faut avoir recours à des méthodes d’estimation ou à des indices comme, pour la faune, les indices kilométriques d’abondance (IKA) ou les indices ponctuels d’abondance (IPA).

> L’abondance se présente sous deux formes :
  1. L’abondance absolue (Aa) d’une espèce ou d’un groupe est le nombre d’individus de cette espèce ou de ce groupe.
  2. L’abondance relative est la quantité relative au nombre d’individus d’une espèce donnée par unité de surface ou de volume par rapport au nombre total d’individus de toutes les espèces confondues.
L’abondance relative est calculée selon la formule :

Ar = Aa / N × 100

N étant le nombre total d’individus.

♦ Équivalent étranger : Abundance.

Abondance-dominance

♦ Indice associant la profusion d’individus d’une espèce végétale et l’importance qu’ils occupent au sein d’une communauté végétale. L’abondance-dominance est la notion la plus utilisée en phytosociologie. L’abondance exprime le nombre d’individus qui forment la population de l’espèce présente dans le relevé, indépendamment de la fréquence d’apparition dans les relevés. La dominance représente le recouvrement de l’ensemble des individus d’une espèce donnée, comme la projection verticale de leur appareil végétatif aérien sur le sol. Le coefficient d’abondance-dominance est estimé visuellement. Il ne s’agit donc pas d’une véritable mesure. Son estimation est sujette à une part de subjectivité, qui est cependant négligeable dans l’analyse phytosociologique globale.

> L’échelle du coefficient d’abondance-dominance de Braun-Blanquet est établie comme suit :
    5 : Nombre quelconque d’individus, recouvrement > 3/4 de la surface de référence (> 75 %)
    4 : Recouvrement entre 1/2 et 3/4 (50–75 % de la surface de référence)
    3 : Recouvrement entre 1/4 et 1/2 (25–50 % de la surface de référence)
    2 : Recouvrement entre 1/20 et 1/4 (5–25 % de la surface de référence)
    1 : Recouvrement < 1/20, ou individus dispersés à couvert jusqu’à 1/20 (5 %)
    + : Peu d’individus, avec très faible recouvrement.
    r : rare.

♦ Équivalent étranger : Abundance – dominance.

Absentéisme

♦ Terme relatif aux animaux qui ne restent pas en permanence avec leur progéniture et ne la visitent que pour leur apporter de la nourriture ou des soins divers. L'absentéisme caractérise de nombreuses espèces d'oiseaux marins qui recherchent les proies parfois à des centaines de kilomètres et qu'ils apportent ensuite à leur progéniture.
♦ Équivalent étranger : Absenteism.

Absorbant

♦ Définit la fraction du sol, composée en partie d'argiles et d'humus, qui retient les éléments minéraux nutritifs et les relargue selon les besoins des végétaux.
♦ Équivalent étranger : Absorbent.

Abstraction

♦ Prélèvement permanent ou temporaire d’eau d’une resource, ce qui prive les usagers locaux de cette ressource.
♦ Équivalent étranger : Abstraction.

Abyssobenthos

♦ Ensemble des organismes qui vivent à la surface ou dans les sédiments du plancher abyssal.
♦ Équivalent étranger : Abyssobenthos.

Abyssopélagique

♦ Désigne des organismes marins vivant dans les eaux libres abyssales, soit à des profondeurs supérieures à 3 000 mètres.
♦ Équivalent étranger : Abyssopelagic.

Accaparement de terres

♦ Défini par la Déclaration de Tirana, adoptée par un grand nombre d'organisations, comme des acquisitions ou des concessions, qui présentent une ou plusieurs des caractéristiques suivantes :

  • Qui sont contraires aux droits de l'homme, et en particulier aux droits des femmes à un traitement équitableQui ne reposent pas sur le consentement préalable donné librement et en connaissance de cause des usagers affectés
  • Qui ne reposent pas sur une évaluation minutieuse, ou ne tiennent pas compte des impacts sociaux, économiques et environnementaux (y compris sur les aspects du genre)
  • Qui ne font pas l'objet de procédures transparentes définissant des engagements clairs et contraignants en ce qui concerne les activités, l'emploi et le partage des bénéfices
  • Qui ne reposent pas sur une planification démocratique efficace, une supervision indépendante et une participation significative.

♦ Équivalent étranger : Land grab, land grabbing.

Accessibilité

♦ 1. Vise à déterminer la part des proies capturables par rapport à l’ensemble des proies présentes. Une espèce proie peut être abondante sur un espace ou dans un substrat mais ne pas être accessible car bien dissimulée ou en dehors de la limite physique du prédateur (par exemple, proies présentes dans un substrat à une profondeur supérieure à la taille du bec de l’oiseau qui pourrait les capturer, proies trop bien dissimulées pour être facilement détectées par des animaux chassant à vue). L’accessibilité est une des composantes de la capturabilité.
   2. Définit la capacité d'un système d'information à rendre le plus facile possible, la recherche, l'identification et l'accès à ses différents contenus.
  3. En matière de déplacement du public, l’accessibilité se réfère à l’idée d’approche, d’ouverture et d’entrée, au fait d’aller ou d’accéder à un lieu, d’emprunter un chemin ou une voie d’accès, d’utiliser une ressource sans entraves. Dans un contexte récréatif, c’est aussi l’idée d’obtenir un plaisir, de profiter d’une expérience de contact direct ou indirect avec un milieu, une ressource ou un site symboliquement riche. Enfin, l’accessibilité est une dimension propre au bien-être des collectivités humaines, permettant la rencontre avec la nature et la détente, puis le renforcement des liens sociaux et d’une cohabitation pacifique plus générale entre les usagers.
   > L’accessibilité physique consiste à disposer d’une infrastructure adéquate, puis à pouvoir utiliser un accès sans risque pour la santé humaine et la sécurité. L’accent se porte sur la dimension fonctionnelle et technique. L’accessibilité peut aussi être perçue sous un angle légal. Dans ce cas, l’accent porte sur les contraintes de droits pour l’usage sur place, le passage ou le prélèvement et indirectement sur le degré de privatisation des accès et sites physiques.
  > Lorsqu’il est question de contingenter l’accès par un coût et une tarification quelconque on peut parler d’accessibilité économique. Il s’agit alors d’assurer une adéquation entre le prix imposé, l’usage permis et la capacité de payer des usagers. Dans un contexte d’usages multiples et de ressources communes, cela implique l’adoption d’un mécanisme de partage efficace dans l’allocation de la ressource. Enfin, il peut aussi être question d’accessibilité symbolique lorsqu’il est question d’un paysage visuellement attrayant, unique, historiquement ou culturellement riche.
  > La proximité au lieu, le lien affectif qui se développe, la manière d’occuper le site contribuent ainsi à donner une valeur collective à l’accès. Les caractéristiques d'accès peuvent ainsi référer plus directement aux observateurs eux-mêmes qu’aux lieux. > À un niveau plus technique, ces divers angles peuvent se résumer à une distinction entre l’accessibilité effective (actuelle) telle qu’on peut l’observer et celle d’une accessibilité potentielle, sans contraintes légales, économiques, physiques et symboliques ou perceptuelles qui exigent d’examiner l’état d’un accès en regard du contexte particulier de ses contraintes. Alors que l’accessibilité potentielle s’exprime le mieux à travers les conditions nécessaires à la pleine utilisation d’un accès, l’accessibilité effective fait référence à la mesure de l’usage actuel. Pour préciser l’étendue de l’écart qui peut exister entre ces deux notions, il faut avoir à l’esprit ce que pourraient permettre, sur le plan de l’utilisation, des conditions sécuritaires et sanitaires, un paysage non dégradé et l’absence de contraintes économiques et légales d’accès pour les usagers. L’intérêt d’un accès résulte donc de la concordance entre les caractéristiques propres du lieu et les attentes des utilisateurs.
♦ Équivalent étranger : Accessibility.

Accident

♦ Événement brusque et généralement imprévu, ou dont la prévisibilité est du domaine des probabilités, causant des dommages aux personnes, aux biens et, de manière générale, à l'environnement. En géologie, un accident est une faille, alors qu'en topographie il s'agit d'une dénivellation brusque de la surface du sol.
♦ Équivalent étranger : Accident.